[Article gratuit du mois] Comment se faire des amis et influencer les autres

de Dale Carnegie


👋 Bienvenue sur Pepite.club. Chaque semaine je vous envoie par e-mail une dose de motivation pour optimiser :

  • Vos FINANCES 💰 ;

  • VotrePRODUCTIVITÉ 🕘

et ainsi atteindre vos OBJECTIFS de vie 🎯.
Abonnez-vous dĂšs maintenant pour ne manquer aucune PĂ©pite !


Avez-vous dĂ©jĂ  eu des difficultĂ©s pour vous faire comprendre ou pour vous exprimer ? Avez-vous parfois du mal Ă  vous faire des amis ? ou souhaitez-vous amĂ©liorer vos relations ? 

Durant toute notre vie, nous sommes entourĂ©s de personnes et nous sommes amenĂ©s Ă  en rencontrer. Que ce soit dans notre entourage, dans notre travail, Ă  l’école, etc. Il est donc important de pouvoir nouer de bonnes relations et de savoir communiquer.

En effet, nos relations avec les autres sont dĂ©terminantes pour notre qualitĂ© de vie. C’est pourquoi, dans Comment se faire des amis et influencer les autres, l’auteur prĂ©sente les principes pour savoir communiquer et ainsi rĂ©ussir dans sa vie professionnelle ou personnelle. DĂ©couvrez comment dĂ©velopper des relations de qualitĂ©.

Dans ce rĂ©sumĂ©, vous dĂ©couvrirez les principaux principes prĂ©sentĂ©s par l’auteur et devenez une personne plus sympathique, persuasive et efficace.

Vous découvrirez aussi :

  • L’importance d’impacter votre entourage de maniĂšre positive ;

  • Comment vous faire apprĂ©cier d’avantage ; et

  • Comment dĂ©velopper votre influence ;

Chapitre 1 - Impactez votre entourage de maniĂšre positive

Que ce soit dans votre entourage ou dans votre travail, vous souhaitez avoir une influence positive et qu’on vous respecte. Pour cela, comportez-vous comme un leader en suivant les trois principes simples prĂ©sentĂ©s par l’auteur.

Lorsqu’une personne commet une erreur, votre premiĂšre volontĂ© est d’aller la voir, de dĂ©verser votre colĂšre et de l’accabler de reproches ? Mais, il est important de savoir que la critique est vaine car les personnes qui la subissent vont ĂȘtre sur la dĂ©fensive et cela va les pousser Ă  se justifier. La critique est dangereuse car elle blesse l’amour propre et provoque la rancune.

De rĂ©centes Ă©tudes ont dĂ©montrĂ© que la critique ne donne pas de changement durable mais va au contraire, attirer la rancune et l’amertume. En effet, la personne que vous critiquez n'Ă©coutera pas vraiment ce que vous dites. Ils auront l'impression d'ĂȘtre attaquĂ©s, et leur rĂ©action naturelle sera de s'enfoncer et de riposter.

Beaucoup de gens qui ont réussi ont pris l'habitude de ne jamais critiquer ouvertement les autres, comme Benjamin Franklin ou encore Abraham Lincoln.

Rappelez-vous que les critiques vont, certes, vous aider Ă  vous dĂ©fouler, mais, Ă  long terme, ne feront qu’affaiblir les autres. Ainsi que vous. Critiquer est facile, mais il faut bien plus de caractĂšre pour ĂȘtre comprĂ©hensif et pardonner aux autres.

Au lieu de critiquer, pensez Ă  complimenter sincĂšrement les actes de ceux qui vous entourent et faites en sorte qu’ils se sentent importants. Selon le philosophe John Dewey, le moteur le plus puissant de la nature humaine, c’est le “dĂ©sir d’ĂȘtre important”. En effet, c’est le dĂ©sir qui nous porte tous et nous avons chacun notre maniĂšre de combler notre besoin d’importance.

Ce besoin d’importance a poussĂ© John Dillinger Ă  devenir un assassin et voleur de banques. Tandis qu’il a poussĂ© John D. Rockefeller a construire un hĂŽpital en Chine, pour des millions de personnes qu’il n’avait jamais vues.

Cela nous amĂšne bien Ă  comprendre que ce dĂ©sir tient un grand rĂŽle dans la personne que nous somme ou que nous deviendrons. En rĂ©alisant ça, nous comprenons Ă©galement l’importance de nos paroles envers les personnes qui nous entourent.

Pas besoin de grandes phrases qui sonnent faux, de simples phrases comme “Merci” et “Je suis content du travail que vous fournissez”, peuvent suffir. Mais le plus important, c’est que cela doit ĂȘtre fait sincĂšrement et honnĂȘtement. 

De plus, assurez-vous de faire en sorte que l'autre personne se sente importante. Pour cela, vous pouvez penser comme Emerson qui disait que chaque personne qu'il rencontrait était supérieure à lui d'une certaine façon, de sorte qu'il y avait toujours quelque chose à apprendre des autres.

De mĂȘme, ne vous centrez pas sur vous-mĂȘme mais commencez Ă  considĂ©rer les autres. Pour cela, prenez en compte ceux qui vous entourent, ce qu’ils aiment et ce qu'ils attendent.

Tout comme avec l’exemple de la pĂȘche. Nous n'attrapons pas les poissons avec ce que nous aimons mais avec des vers et tout simplement ce qui va les attirer. C’est pourquoi si vous voulez influencer les autres et les amener Ă  faire une chose que vous souhaitez, vous devez les motiver en vous intĂ©ressant Ă  eux et Ă  ce qu’ils aiment. 

Pour avoir une influence, intĂ©ressez-vous aux autres et soyez porteur d’encouragement et de paroles positives. Ainsi vous aurez un impact positif sur la vie de ceux qui vous entourent.

Chapitre 2 - Donnez de l’importance aux autres

Vous souhaitez ĂȘtre apprĂ©ciĂ© des autres, gagner leur sympathie. Pour cela, vous devez faire bonne impression mais pas seulement, vous devez vous intĂ©resser aux autres. Ne soyez plus tournez vers vous-mĂȘme mais tournez-vous vers les autres.

Le fait de s’intĂ©resser rĂ©ellement aux autres et de leur donner de l’admiration est une qualitĂ© importante pour gagner la sympathie des autres. Tout comme leur donner un sourire.

Un sourire peut paraßtre anodin et sans importance, mais il a en réalité un grand impact dans la vie de ceux qui le donne et de ceux qui le reçoivent. En effet, les actes en disent plus que les paroles.

Si quelqu'un que nous venons de rencontrer nous sourit, nous avons tendance à l'apprécier automatiquement. Le sourire d'un bébé, par exemple, nous réchauffe et nous rend tout de suite doux à l'intérieur.

Donc, si vous voulez vous rendre sympathique instantanĂ©ment Ă  quelqu'un, montrez-lui que vous ĂȘtes heureux de le voir en souriant. Quand ils voient Ă  quel point vous ĂȘtes heureux de les rencontrer, ils ne peuvent s'empĂȘcher d'ĂȘtre heureux de vous voir aussi.

Les psychologues ont Ă©galement dĂ©couvert un effet secondaire positif du sourire : il semble que le lien entre les Ă©motions positives et le sourire n'est pas Ă  sens unique. Un sourire conscient peut conduire Ă  des Ă©motions positives, tout comme les Ă©motions positives peuvent conduire Ă  sourire. Donc, mĂȘme si un sourire ne coĂ»te rien, il est bĂ©nĂ©fique pour les autres mais Ă©galement pour vous.

Parfois sourire n'est pas facile quand on en a pas envie, mais si vous vous forcez et faites comme si vous étiez déjà joyeux, vous vous sentirez bientÎt plus heureux.

Donnez de l’importance aux autres pour gagner leur sympathie signifie aussi de connaĂźtre leur nom. Les personnes accordent beaucoup d’importance Ă  leur nom. 

Jim Farley Ă©tait ministre des Postes et prĂ©sident du ComitĂ© national dĂ©mocratique alors qu’il avait pu avoir une grande Ă©ducation. Mais il avait compris l’importance de se rappeler du nom des personnes, c’est pourquoi il en connaissait 50 000.

Tout comme, Théodore Roosevelt qui était populaire parmi tout son personnel parce qu'il avait pris l'habitude de les saluer tous par leur nom. Il a aussi délibérément pris le temps de les écouter et a essayé de se souvenir de ce qu'ils disaient pour pouvoir s'y référer plus tard. Ce faisant, il a montré aux autres qu'il les appréciait, et il a obtenu beaucoup plus en retour.

En effet, connaĂźtre le nom de ceux qui nous entourent est tout aussi important que de savoir les Ă©couter. En se sentant Ă©coutĂ©, les personnes se sentent importantes. C’est ainsi qu’ils vous apprĂ©cieront plus.

Nous aimons tous les gens qui savent Ă©couter, surtout lorsqu'ils nous encouragent Ă  parler de nous-mĂȘmes. C’est pourquoi, nous devons apprendre Ă  le faire Ă©galement.

Parler beaucoup de soi, ne pas Ă©couter les autres et les interrompre Ă  tout moment vous rendront Ă©gocentrique. Donc si vous voulez ĂȘtre plus sympathique et intĂ©ressant, arrĂȘtez de parler et Ă©coutez. Posez des questions et encouragez-les Ă  parler longuement.

En leur posant des questions, vous parlerez de ce qui est important pour eux. Vous les ferez donc se sentir important. Et comme vous le verrez, le fait d’accorder de l’importance aux autres, vous rendra plus sympathique.

Chapitre 3 - Amenez les autres à adhérer à votre point de vue

Que ce soit dans votre travail par exemple, vous aimeriez faire en sorte que les autres adhĂšrent Ă  votre point de vue. Pour cela, l’auteur propose 12 mĂ©thodes mais nous n’en verrons que quelques-unes.

La plupart du temps, lorsque nous proposons une idĂ©e et que quelqu’un s’y oppose, notre premiĂšre rĂ©action est de s’emporter. Menant la conversation vers une dispute et un combat d’argument pour savoir qui a tort. 

Comme Patrick J. O'Haire qui était vendeur pour White Motor Trucks. Mais, si un client disait quoi que ce soit d'offensant à propos de ses camions, O'Haire se lançait rapidement dans une dispute agressive, qu'il gagnait habituellement à sa grande satisfaction. Mais le problÚme était qu'en dépit de ses "victoires", les clients n'achetaient pas vraiment ses camions.

En effet, neuf fois sur dix, l'argument ne fera que rendre l'autre personne plus ancrĂ©e dans sa position qu'elle ne l'Ă©tait auparavant. Car il se pourrait que sa fiertĂ© ait Ă©tĂ© blessĂ©e et qu’elle vous en veuille pour ça.

C’est pourquoi, la solution est de l’éviter dĂšs le dĂ©part. Pour cela, la prochaine fois que vous rencontrerez de l’opposition Ă  vos idĂ©es, ne commencez pas Ă  argumenter pour soutenir vos opinions, mais essayez d’écouter dans un premier temps, de promettre de rĂ©flĂ©chir aux idĂ©es et Ă©galement de remercier d’avoir exposĂ© un nouveau point de vue. Acceptez le dĂ©saccord comme quelque chose de positif qui apporte une nouvelle perspective Ă  votre pensĂ©e ou Ă  vos idĂ©es. 

Accepter le dĂ©saccord, se trouve aussi dans le fait de respecter les opinions de votre interlocuteur et de ne pas lui dire qu’il a tort. Le faire reviendrait Ă  lui dire que vous ĂȘtes plus intelligent ou plus sage que lui. Ceci pouvant ĂȘtre prit comme une attaque directe contre son estime de soi 

Quand Benjamin Franklin était un jeune homme, il était célÚbre pour ses opinions et il avait tendance à attaquer ceux qui n'étaient pas d'accord avec lui. Un jour, un vieil ami lui a dit que ses amis l'abandonnaient à cause de cela.

Franklin eut donc la sagesse d'Ă©couter et prit l'habitude de ne plus jamais s'opposer ouvertement aux autres. Il a mĂȘme dĂ©cidĂ© de supprimer complĂštement certains mots comme "certainement" et "sans doute" de son vocabulaire parce qu'il les trouvait trop rigides et reflĂ©taient un Ă©tat d'esprit inflexible. Au lieu de cela, il a utilisĂ© des expressions comme "je conçois" ou "j'imagine".

Si vous souhaitez exprimer votre opposition aux opinions des autres et que vous voulez que ceux-ci rĂ©Ă©value leur point de vue, soyez plus humble et ouvert d’esprit.

Lord Chesterfield disait à son fils : “Sois plus sage que les autres, si tu peux ; mais ne le leur fait point sentir”.

En agissant ainsi, votre interlocuteur sera moins susceptible de vous résister ou de vous en vouloir. Et avec un peu de chance, cette approche transformera vos adversaires en alliés, ce qui vous permettra de changer d'opinion.

Quand vous ĂȘtes sĂ»rs d’avoir raison, efforcez-vous avec tact et douceur de partager votre opinion. Mais quand vous ĂȘtes en tort, reconnaissez votre erreur de bon cƓur. RĂ©aliser ses erreurs et les admettre, aura des rĂ©sultats surprenants et beaucoup plus positifs que si vous le n’avez pas fait.

Ferdinand E. Warren, dessinateur en publicitĂ©, Ă©tait souvent confrontĂ© Ă  un client qui s’emportait facilement. Quand Warren lui rĂ©alisait une commande, son client le faisait venir et trouvait toujours des petites erreurs qu’il fallait modifier.

Un jour, alors que Warren lui avait livrĂ© un travail d’urgence, le client lui demanda de venir car il avait fait une erreur. Alors que Warren arriva, il commença toute suite par rĂ©aliser sa faute et dire qu’il aurait dĂ» faire plus attention.

À ce moment, le client changea de comportement. Au lieu de se mettre en colĂšre comme Ă  son habitude, il avoua que ce n’était qu’un dĂ©tail sans importance. 

La vérité, c'est que nous faisons tous des erreurs. Et chaque fois que vous le faites et que quelqu'un est sur le point de vous réprimander pour cela, il y a un moyen facile de les désarmer : admettez votre erreur.

En effet, l'autre personne avait sans doute l'intention de renforcer son estime de soi en vous critiquant au sujet de votre erreur, mais dÚs que vous admettez votre culpabilité, la situation change complÚtement. Maintenant, pour se sentir importants, ils ne peuvent plus vous attaquer, mais doivent plutÎt faire preuve de générosité en vous pardonnant.

Donc la prochaine fois que vous réaliserez que vous avez tort, admettez-le avec enthousiasme. Il produira de meilleurs résultats, et vous trouverez que c'est en fait beaucoup plus agréable que d'avoir à vous défendre lorsque l'autre personne vous fait remarquer votre erreur.

Afin de rallier les autres Ă  votre point de vue, l’auteur parle Ă©galement de commencer de façon amicale, de poser des questions qui font dire oui immĂ©diatement, et bien d’autres.

Chapitre 4 - Soyez un leader

Un leader est quelqu'un qui est capable de guider, d'influencer et d'inspirer. Pour ĂȘtre un bon leader, l’auteur expose 9 mĂ©thodes dans son livre. Nous en verrons quelques-unes ici.

Commencez par faire des Ă©loges afin de faire progresser votre entourage. Si vous souhaitez qu’une personne s’amĂ©liore dans une tĂąche, ne la critiquez pas mais encouragez-la et fĂ©licitez-la pour ce qu’elle sait dĂ©jĂ  faire.

Dorothy Wroblewski, directrice de la succursale de Fort Monmouth, de l’Union FĂ©dĂ©ral de CrĂ©dit, a embauchĂ© une apprentie caissiĂšre. Elle Ă©tait compĂ©tente et prĂ©cise mais en fin de journĂ©e, elle a du mal Ă  Ă©quilibrer ses comptes.

C’est alors que la caissiĂšre en chef, vient voir la directrice pour lui conseiller de mettre Ă  la porte l’apprentie caissiĂšre car elle retardait tout le monde Ă  cause de sa lenteur. 

Au lieu de ça, Dorothy alla voir l’apprentie en fin de journĂ©e et la complimenta pour l’accueil chaleureux qu’elle rĂ©servait aux clients et pour l’exactitude dont elle faisait preuve dans ses opĂ©rations commerciales. Puis lui suggĂ©ra de revoir la procĂ©dure utilisĂ©e pour Ă©quilibrer les comptes.

Si Dorothy Ă©tait venue en reprenant Ă  l’ordre, ceci n’aurait fait que braquer l’apprentie. À la place, l’apprentie savait que la directrice avait confiance en elle. C’est ainsi qu’elle suivit rapidement les conseils et maĂźtrisa par la suite parfaitement cette activitĂ©.

Les capacitĂ©s des personnes manquent d’énergie et n’ont que peu d’effet positifs sous la critique mais s'Ă©panouissent sous l'encouragement. Alors la prochaine fois que vous devez changer les habitudes de quelqu'un, soyez gĂ©nĂ©reux avec vos Ă©loges. Assurez-vous de l’encourager et de le fĂ©liciter pour chaque amĂ©lioration apportĂ©e, aussi minime soit-elle. Cela le motivera et lui donnera l'impression qu'il est facile d'apporter le changement que vous dĂ©sirez.

Si vous remarquez qu’une personne commet des erreurs ou peut s’amĂ©liorer d’une certaine maniĂšre, faites-le lui remarquer indirectement.

Regardons Charles Schwab. Un matin alors qu’il se promenait, il aperçut un groupe de travailleurs fumant juste sous un panneau "DĂ©fense de fumer".

Au lieu de confronter directement les hommes au sujet de cette infraction, il leur a remis à chacun un cigare et leur a dit qu'il apprécierait qu'ils les fument dehors. Parce qu'il a souligné leur erreur avec tant de tact, au lieu de les réprimander, les hommes ont probablement ressenti beaucoup d'admiration et d'affection pour Schwab.

Schwab savait qu'en attirant indirectement l'attention sur les erreurs, les gens seraient beaucoup plus enclins Ă  changer leurs habitudes.

Bien des personnes commencent par faire des compliments sincùres, puis ajoutent un “mais” avant de terminer par des critiques. À la place, remplacez ce “mais” par un “et”.

Par exemple, au lieu de dire Ă  votre enfant : "Tes notes sont bonnes, mais avec plus d’effort, ton algĂšbre sera meilleur", essayez de dire "Tes notes sont bonnes, et si tu poursuis tes efforts, tu pourras aussi relever le niveau de tes rĂ©sultats en algĂšbre."

En plus de cette approche indirecte, vous trouverez les gens plus rĂ©ceptifs si vous commencez par parler de vos propres erreurs. Car en reconnaissant vos propres erreurs, mĂȘme si vous ne les avez pas corrigĂ©es, vous pourrez aider les autres Ă  modifier leur comportement.

Conclusion

Certains principes de relations humaines et de communication présents dans le livre et dans ce résumé, sont indispensables à toute réussite professionnelle et personnelle.

Comme vous avez pu le voir, se rendre sympathique, sourire, Ă©couter est une clĂ© importante pour amĂ©liorer vos relations. N’entretenez pas de comportement Ă©gocentrique mais soyez tournĂ© vers les autres. C’est en considĂ©rant les autres et en leur faisant ressentir, que vous arriverez Ă  obtenir ce que vous voulez.

Si vous souhaitez un changement chez quelqu’un, soyez gĂ©nĂ©reux avec les Ă©loges, ne cessez pas d’encourager et n’attirez pas l’attention sur ses erreurs. 

C’est en respectant les diffĂ©rents principes, citĂ©s par l’auteur, que vous arriverez Ă  dĂ©velopper des relations de qualitĂ©s.