L’art de la victoire : les mémoires du créateur de Nike

By Philip Knight

Dans cette autobiographie, Phil Knight raconte son histoire, celle d'un fanatique de sport qui a créé une minuscule entreprise d'importation de chaussures de course. Parti de rien, il l'a développée pour en faire la première marque du secteur. Il décrit son ascension, qui a été semée d'embûches, ainsi que les interactions qu'il a eues au cours du périple de la société Nike. 

L'homme derrière le "swoosh", la virgule, a été PDG de Nike de 1964 à 2004, puis président du conseil d'administration jusqu'en 2016. Il est toujours resté dans l'ombre, et sa vie est souvent demeurée un mystère. Il se dévoile enfin dans une autobiographie remarquable qui intéressera aussi bien les amateurs de sport que ceux qui s'intéressent à l'économie, aux affaires et au management.

Dans ce résumé de livre, vous découvrirez : 

  • Que vous devez profiter de votre jeunesse pour vous lancer en affaire ;

  • Qu’il est important d’être entouré d’un ou de plusieurs mentors pour évoluer rapidement dans votre domaine de prédilection ;

  • Que vous devez apprendre à faire confiance aux gens et déléguer ;

Chapitre 1 : Profitez de votre jeunesse pour entreprendre des choses folles

Phil Knight a toujours été un fan de sport. Il aimait les regarder et pratiquer différents sports. Jeune, il travaillait pour un journal pendant l'été, où il compilait les résultats sportifs de la journée, qui étaient ensuite publiés dans l'édition du lendemain. Chaque matin, après le travail, il courait sept kilomètres pour rentrer chez lui.

Phil a fréquenté la Stanford Graduate School of Business après l’obtention d’un bachelor en journalisme à l'Université de l'Oregon. Alors que l’un de ses enseignants faisait la description de ce que signifiait être un entrepreneur, Phil s'est immédiatement identifié aux caractéristiques énoncées. 

Afin de valider le cours d'entrepreneuriat qu’il suivait à cette époque, il devait rédiger un mémoire, ce qu’il fit en rédigeant un document qui s'intitulait alors :

  • “Can Japanese Sports Shoes Do to German Sports Shoes What Japanese Cameras Did to German Cameras?” (“Les chaussures de sport japonaises peuvent-elles faire aux chaussures de sport allemandes ce que les appareils photos japonais ont fait aux appareils photos allemands ?). 

Un aperçu du côté visionnaire de celui qui deviendra plus le patron de l’entreprise à succès Nike.

Bien que son mémoire n'ait pas fait l'unanimité, Phil s'est entiché du concept. Il prit la ferme décision de proposer aux États-Unis des chaussures de course japonaises haut de gamme et bon marché. C’est finalement à 24 ans qu’il eut l’idée de créer une entreprise de chaussures, qu’il qualifia lui-même d’idée folle”.

Alors qu’il visitait le Japon dans le cadre de son tour du monde post-graduation, il découvre la marque Onitsuka Tiger (celle que porte Uma Thurman dans Kill Bill) et en tombe amoureux. Il appelle le PDG, M. Onitsuka, qui accepte de le rencontrer et lui offre les droits de distribution des baskets Onitsuka Tiger dans tout l'ouest des États-Unis. Il est alors jeune, ambitieux et en visite au Japon : qu’avait-il donc à perdre ? Rien ou presque. Alors que M. Onitsuka lui demande au nom de quelle entreprise devra se faire leur partenariat, Phil propose sur le tas un nom inventé de toutes pièces : Blue Ribbon, qui deviendra par la suite Nike.

Votre jeunesse et votre dynamisme sont des atouts dont vous devez faire usage pour vous lancer dans des projets d’envergure. En effet, vous n’aurez peut-être pas le courage de les lancer lorsque vous serez plus âgé, et possiblement plus occupé.

Et même si des histoires comme celle qu’a vécue Phil au Japon n'arrive pas tous les quatre matins, tant que vous êtes jeune et que vous n'avez rien à perdre, vous pouvez tenter votre chance avec vos idées les plus folles, car on ne sait jamais. Il n’est par ailleurs pas nécessaire que vous dépensiez au départ des sommes folles. Phil commença par 50 dollars, emprunté à son père. C’est cet argent qui lui permit de signer son premier contrat et engranger ses premiers dollars.

Après le succès dû à la vente de ses premières chaussures, ils passent une nouvelle commande d’un montant de 1 000 $ et créent officiellement l’entreprise Blue Ribbon.

Chapitre 2 : Trouvez-vous un mentor qui vous soutiendra et vous fera bénéficier de son expertise dans le domaine qui vous intéresse.

Si pour conclure la transaction initiale, il aura suffi à Phil Knight de se présenter à la porte de M. Onitsuka, obtenir les premiers échantillons n'a pas été facile.

Plus d'un an s'écoula avant l'envoi des 300 premières paires, période pendant laquelle Phil travailla comme comptable. Lorsqu’il reçut finalement les chaussures, Bill Bowerman, son ancien entraîneur de course à pied à l'université de l'Oregon, fut l'un de ses premiers clients. Le but était alors de se faire connaître auprès du public en se faisant recommander par Bill, l’un des meilleurs entraîneurs de course à pied en Amérique. Ce dernier proposa à Phil de s’associer à lui pour s'occuper de la conception des produits.

C’est cette confiance que lui témoignait celui qu’il considérait alors comme son mentor, devenu son partenaire, qui donna à Phil la confiance nécessaire pour construire l'entreprise Nike exactement comme il l'entendait et en faire la marque honnête, diligente et attentionnée que nous connaissons aujourd'hui.

La première année, Phil vendit ses chaussures depuis le coffre de sa voiture, une Plymouth Valiant verte. En 1963, il gagna 8 000 dollars en participant à des compétitions d'athlétisme dans tout le pays. La confiance que lui témoignait Bill, ainsi que ses conseils, permit à Phil de faire grandir son business, petit à petit. Il était vite devenu évident que les compétences de Bill seraient essentielles au succès de l'entreprise.

Chapitre 3 : Dites aux gens ce qu'ils doivent faire et laissez libre cours à leur créativité

Lorsqu'il s'agit de faire affaire avec les gens, vous avez à votre disposition deux options : 

  • leur prendre par la main en expliquant comment tout faire ;

  • ne rien leur dire à part le résultat souhaité ;

Fil Knight choisit cette dernière option, comme le général Patton le lui a appris : "Ne dites pas aux autres comment accomplir les choses. Dites-leur quoi faire et laissez les résultats vous surprendre." Il est en effet important, en affaires comme dans bien d’autres domaines, de permettre à chacun d'être soi-même.

Phil a toujours été partisan de laisser les gens être qui ils sont. Quant à Bill, c’était un véritable Shoe Dog, c'est-à-dire une personne qui consacre toute sa vie à fabriquer, concevoir, acheter et vendre des chaussures (shoes en anglais). Il pensait constamment aux chaussures et à la façon de les améliorer. 

Bill et Phil travaillaient ensemble pour mettre à l'épreuve divers matériaux, améliorations et ajustements de chaussures. Bill démontait et remontait une chaussure, et Phil servait de cobaye. De cette façon, ils s’assuraient que les chaussures étaient plus légères et plus avantageuses pour le coureur.

Lorsque Phil suggéra à Onitsuka de fabriquer le premier prototype de chaussure modifié de Bill, la Cortez, par courrier, ils remportèrent à ce moment-là leur premier grand succès financier.

Le succès de Blue Ribbon, continuera à être stimulé par cette approche managériale de libre expression de sa créativité. D’ailleurs, c’est sur proposition de Jeff Johnson, premier salarié de la société, que Blue Ribbon deviendra Nike Inc en 1976. Quant au logo légendaire de la société, c’est une jeune artiste du nom de Carolyn Davidson qui le créera pour la somme de 35 dollars.

Comme Phil Knight, dites aux personnes compétentes avec qui vous travaillez ce qu'ils doivent faire et laissez-les agir sans brider leur créativité. Vous serez surpris des résultats.

Conclusion

L’art de la victoire raconte le parcours inspirant de Phil Knight, fondateur de la société Nike. Si la marque est aujourd’hui l’une des plus connues au monde, son ascension ne s’est pas faite sans embûches. Au contraire, l’entreprise a traversé beaucoup d’épreuves et a été au bord de la faillite à de nombreuses reprises.


Dans son livre, l’auteur nous livre les secrets qui lui ont permis d’atteindre les sommets, sans compromettre ses principes et ses valeurs propres.

On y découvre que pour réussir, vous devez : 

  • profiter de votre jeunesse pour vous lancer en affaire ;

  • vous entourer d’un ou de plusieurs mentors afin d’évoluer rapidement dans votre domaine de prédilection ;

  • apprendre à faire confiance aux gens et déléguer ;

Respond to post

You must be logged in to post a comment

Charles

Tout simplement Inspirant ! 😍