21 leçons pour le XXIème siècle

By Yuval Noah Harari

Photo by Alex Knight on Unsplash

Nous sommes tous d’accord pour dire que nous vivons dans une ère où les changements sont incessants et l’avenir est incertain. Tout va beaucoup trop vite, et les gouvernements et les individus luttent avec des problèmes technologiques, politiques et sociaux propres au XXIème siècle.

Dans 21 leçons pour le XXIème siècle, l’auteur souhaite nous confronter aux grands défis contemporains en nous amenant vers une réflexion et des réponses.

Comment devons-nous réagir face aux phénomènes actuels ? Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle guerre mondiale ? Que faire devant l’épidémie de « fake news » ? Que pouvons-nous faire face au terrorisme ? Que devons-nous enseigner à nos enfants ?

Dans ce livre, vous trouverez la réponse à vos nombreuses questions et comment faire face à cette époque. Et ce résumé, vous propose les points les plus importants reprenant les 5 défis auxquels nous pouvons faire face. 

Vous apprendrez comment protéger l'avenir de vos enfants en changeant votre approche de l'éducation, ce que les robots et l'automatisation signifient pour l'avenir du travail et pourquoi la question de l'immigration menace de détruire l'Europe du XXIe siècle.

Vous découvrirez également :

  • En quoi consiste le défi technologique ;

  • Pourquoi nous avons plus à craindre des voitures que des terroristes ; et

  • En quoi la connaissance est source de toute vérité.

Chapitre 1 - “Le défi technologique”

“L’humanité perd la foi dans le récit libéral qui a dominé la vie politique mondiale dans les dernières décennies, au moment précis où la fusion de la biotech et de l’infotech nous lance les plus grands défis que l’humanité ait jamais dû relever.”

Au cours du XXe siècle, trois idéologies politiques se sont disputées la place afin d’être l’avenir du monde : le communisme, le fascisme et le libéralisme. Tout au long des années, deux d’entre eux se sont effondrés. Laissant ainsi toute la place au libéralisme.

Mais même si le libéralisme a pris une place importante durant ces années, il la perd peu à peu. Remplissant ainsi les individus de désillusion et leur donnant un sentiment de désorientation.

L’accélération de ce sentiment se trouve dans le manque d’information sur la révolution de la technologie. En effet, malgré que la technologie informatique a transformé notre monde et qu’elle s’impose de plus en plus dans notre vie, la plupart des politiciens semblent difficilement capables de comprendre cette nouvelle innovation, et sont encore moins capables de la contrôler. Laissant ainsi les électeurs perdre la foi dans le récit libéral et le processus démocratique.

Il suffit de penser au monde de la finance. Les ordinateurs ont déjà rendu notre système financier si compliqué que très peu d'humains sont maintenant capables de comprendre comment il fonctionne. Alors que le XXIe siècle se poursuit et que l'intelligence artificielle progresse, il se peut que nous atteignons un stade où aucun être humain ne sera en mesure de comprendre les données financières. Les implications de ce scénario pour notre processus politique sont inquiétantes. 

Malheureusement, pour de nombreux politiciens du XXIe siècle, la perturbation technologique n'est pas à l'ordre du jour.

Une avancée technologique telle que les travailleurs craignent de perdre leur statut économique dans une économie de haute technologie qui n’a plus besoin de leur travail.

L’IA prenant peu à peu la place de l’Homme sur certains postes, laissant les ouvriers qualifiés sur le banc de touche. Mais de nombreux optimistes évoquent la révolution industrielle du XIXe siècle. Cette époque où de nombreuses personnes avaient peur de perdre leur travail mais où les nouvelles technologies ont créé de nouveaux emplois.

Malheureusement, lors de cette révolution industrielle, l'homme a été confronté à la concurrence des machines, principalement dans le domaine des capacités purement physiques. Nos capacités cognitives, quant à elles, restaient bien supérieures à celles des machines. Mais au XXIe siècle, les machines deviennent assez intelligentes pour rivaliser pour ces emplois cognitifs également.

Ainsi, les ordinateurs pourraient bien être en mesure de prendre des décisions que nous prenions jusqu’à présent. En d'autres termes, dans les années à venir, même les emplois les plus exigeants sur le plan cognitif ne seront pas à l'abri de l'automatisation.

Chapitre 2 - “Le défi politique”

“La fusion de l’infotech et de la biotech menace les valeurs modernes centrales que sont la liberté et l’égalité. Toute solution au défi technologique passe par une coopération mondiale. Le nationalisme, la religion et la culture divisent cependant l’humanité en camps hostiles au point de rendre très difficile la coopération à l’échelle planétaire.”

Nous n’avons jamais été aussi connecté les uns avec les autres, qu’au XXIe siècle. Mais malgré le désir toujours plus grand de vouloir unir l’humanité, celle-ci est confrontée à de nombreux conflits.

En effet, alors que de nombreuses personnes dans le monde traversent les frontières à la recherche de meilleurs emplois et d'une plus grande sécurité, notre désir d'expulser, de confronter ou d'assimiler des étrangers grandit et met à rude épreuve nos idéologies politiques et nos identités nationales. Il s’agit du défi de l’immigration.

Au XXe siècle, l'Union européenne a été fondée dans le but de surmonter les disparités culturelles entre les citoyens français, allemands et d'autres nations européennes. Mais ce projet politique risque aujourd'hui de s'effondrer parce qu'il ne tient pas compte des distinctions culturelles entre les citoyens européens et les nouveaux arrivants en provenance du Moyen-Orient et d'Afrique.

Bien qu'il soit généralement admis que les immigrants doivent tenter de s'assimiler à la culture de leur pays d'accueil, la question de savoir jusqu'où cette assimilation doit aller est un sujet controversé. Certains Européens et groupes politiques soutiennent que les nouveaux arrivants devraient se débarrasser complètement de leurs identités culturelles antérieures. Ils soutiennent que les immigrés issus d'une culture profondément patriarcale et religieuse, par exemple, et entrant dans une société libérale européenne, devraient adopter les normes féministes et laïques de leurs hôtes.

En revanche, les Européens pro-immigration soutiennent que puisque l'Europe est déjà très diverse, avec un large éventail de valeurs et d'habitudes représentées parmi ses peuples, il est injuste d'attendre des immigrants qu'ils s'assimilent à une identité collective abstraite à laquelle la plupart des Européens eux-mêmes ne sont même pas liés. 

En fin de compte, la question de l'assimilation des immigrants est loin d'être résolue. La leçon pour le XXIe siècle est donc que ce débat ne doit pas, comme c'est souvent le cas, s'inscrire dans une lutte morale entre anti-immigrés "fascistes" et pro-immigrés pour promouvoir le "suicide" de la culture européenne. Au lieu de cela, l'immigration devrait faire l'objet d'une discussion rationnelle, car les deux points de vue politiques ont une certaine légitimité.

Chapitre 3 - “Désespoir et espoir”

“Confrontée à des défis sans précédent, et à des désaccords intenses, l’humanité peut cependant être à la hauteur des circonstances si nous parvenons à dominer nos peurs et sommes un peu plus humbles dans l’expression de nos opinions.”

Depuis l’entrée au XXIe siècle, la peur des attentats n’a jamais été aussi présente. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, une cinquantaine de personnes environ sont tuées chaque année par des terroristes dans l'Union européenne. En Amérique, une dizaine de personnes sont tuées.

Mais essayons de considérer qu'au cours de cette période, 80 000 personnes en Europe et 40 000 Américains sont morts dans des accidents de la route. Nous pouvons facilement en conclure que nos routes sont un danger bien plus grand pour nos vies que les terroristes, alors pourquoi la plupart des Occidentaux ont-ils plus peur du terrorisme que de conduire ?

Le terrorisme est une stratégie généralement employée par des parties faibles et désespérées. Elle vise à changer la situation politique en semant la peur dans le cœur de l'ennemi plutôt qu'en causant des dégâts matériels, ce que les terroristes ne sont généralement pas assez forts pour faire. Bien que les terroristes tuent généralement très peu de gens dans l'ensemble, le XXIe siècle nous a appris que leurs campagnes peuvent être impitoyablement efficaces.

En prenant l’exemple des attentats du 11 septembre 2001. Ceux-ci avaient tué 3 000 Américains et causé la terreur dans les rues de New York mais ils n'ont fait que très peu de tort aux États-Unis en tant que puissance militaire. Après l'attaque, l'Amérique avait exactement le même nombre de soldats, de navires et de chars qu'auparavant, et les routes, les systèmes de communication et les chemins de fer du pays étaient indemnes. Mais l'énorme impact audiovisuel de l'effondrement des tours jumelles a suffi pour que la nation cherche à se venger massivement. Les terroristes voulaient provoquer une tempête politique et militaire au Moyen-Orient, et ils en ont eu une. Quelques jours à peine après les attentats, George W. Bush a déclaré la guerre au terrorisme en Afghanistan, dont les conséquences se font encore sentir aujourd'hui dans la région.

Alors, comment ce groupe faible de terroristes, disposant de peu de ressources militaires, a-t-il réussi à manipuler la plus grande puissance du monde pour en arriver à des représailles aussi disproportionnées ?

Pour répondre à cette question, il est utile de considérer des groupes terroristes comme Al-Qaïda comme une mouche qui bourdonne dans un magasin de porcelaine. Cette mouche veut casser quelque chose, mais elle n'est pas assez forte pour déplacer une tasse de thé. Cependant, il a une meilleure idée. Dans ce magasin de porcelaine, il y a un taureau massif, et si la mouche peut bourdonner dans son oreille et l'ennuyer, le taureau, dans ses tentatives pour tuer la mouche, pourrait éventuellement tout casser lui-même. Dans le cas du 11 septembre et de la guerre contre le terrorisme, la mouche extrémiste islamique a réussi, et le taureau américain, poussé par la colère et la peur, a pratiquement détruit le magasin du Moyen-Orient. Aujourd'hui, les fondamentalistes prospèrent au milieu du carnage laissé derrière eux.

La leçon pour le XXIe siècle ? Les terroristes gagnent quand les puissants gouvernements réagissent de façon excessive.

Chapitre 4 - “Vérité”

“Le triste sort du monde vous terrasse et vous laisse perplexe ? Vous êtes sur la bonne voie. Les processus globaux deviennent trop compliqués pour qu’une seule personne les comprenne. Mais alors comment connaître la vérité sur le monde et éviter d’être victime de la propagande et de la désinformation ?”

Les sources d’informations et de connaissance n’ont jamais été aussi nombreuses et faciles à se procurer qu’au XXIe siècle. Pourtant, les êtres humains n’ont jamais été aussi ignorants.

Durant des siècles, les sociétés ont placé une énorme confiance dans la capacité des individus à penser et à agir rationnellement. En effet, nos sociétés modernes sont fondées sur la conviction que chaque adulte humain est un agent rationnel et indépendant. Que ce soit dans la politique, dans l’éducation ou dans notre vie personnelle.

Mais comment des individus n’en sachant peu sur la façon dont le monde fonctionne réellement, peuvent avoir une pleine confiance dans leur capacité d’agir rationnellement.

L'homme moderne est souvent la proie de ce que les scientifiques ont considéré comme "l'illusion de la connaissance". En d'autres termes, les individus ont tendance à croire qu'ils comprennent beaucoup de choses simplement parce qu'ils traitent les connaissances que possèdent les autres comme s'ils les possédaient également.

En cela, ils vont simplement répéter ce qu’ils ont entendu à tel ou tel endroit, sans réellement comprendre ce qu’ils disent ou supposent.

A l'âge de pierre, les gens savaient chasser, transformer les peaux d'animaux en vêtements et allumer un feu. L'homme moderne est beaucoup moins autosuffisant. Le problème est que, même si nous avons besoin d'experts pour répondre à presque tous nos besoins, nous pensons à tort que, sur le plan individuel, nous en savons beaucoup plus que nos ancêtres de l'âge de pierre.

Les conséquences à tout cela sont que les individus ne comprennent pas réellement le monde et sa complexité. Mais ils vont tout de même prendre des dispositions, pensant tout savoir sur la question.

“Mon peuple périt, faute de connaissance“ Osée 4.6

Ce verset de la Bible illustre bien le propos. À force de penser que nous avons toutes les connaissances nécessaires, nous restons cantonnés à ce que nous savons. Nous entendons des choses et les prenons pour acquise. Mais n’oublions pas que l’information est une véritable ressource. En effet, l'information ou la connaissance est nécessaire à l'Homme pour connaître et accéder à ses droits et devoirs. Mais elle peut aussi servir à manipuler et assujettir. Ainsi, entendre de fausses informations peut nous éloigner de la vérité.

Ne prenez donc pas pour acquis tout ce que vous entendez. Creusez pour en savoir plus et en comprendre davantage. Vous pourriez être surpris.

Chapitre 5 - “Résilience”

“Comment vivre en un temps de perplexité, quand les vieux récits se sont effondrés, et qu’aucun nouveau récit n’est encore apparu pour les remplacer ?”

Nous trouvons depuis quelques temps, une quantité de livre sur l’éducation, ce qu’il faut ou ne faut pas faire, mais quel genre d'éducation aiderait un enfant né en 2020, qui aura la trentaine en 2050 et, espérons-le, sera encore en vie en 2100, à prospérer pendant une bonne partie du siècle prochain ?

Pour que les enfants du XXIe siècle s'épanouissent et deviennent des adultes capables, nous devons repenser radicalement notre système scolaire. En effet, nous devons donner aux élèves moins d’information et plus d’esprit critique.

Actuellement, les écoles ont tendance à accorder trop d'importance à l'information de leurs élèves. Cette approche avait beaucoup de sens au XIXe siècle, parce que l'information avait tendance à être rare. Et dans ce sens, la transmission des faits essentiels de l'histoire, de la géographie et de la biologie, a représenté une énorme évolution et avancée.

Mais, nous sommes capables de dire que les conditions de vie sont très différentes au XXIe siècle et que nos systèmes éducatifs sont aujourd'hui dépassés. 

En effet, l’information est actuellement à la portée de tous. Et de nos jours, le problème de l'homme moderne n'est pas la rareté de l'information, mais toute la désinformation qui existe actuellement. Pensez à toutes les fausses nouvelles que nous pouvons voir lorsque nous parcourons nos réseaux sociaux.

En réponse à cette surabondance d'information, les écoles devraient cesser de donner toujours plus d’information à nos enfants. Au lieu de cela, il faut leur apprendre à comprendre ces informations, à les analyser et à les exploiter. Ils doivent apprendre à faire la distinction entre les informations importantes et les informations non pertinentes, ou carrément fausses. Au XXIe siècle, l'information sera toujours à portée de main. La vérité, cependant, sera plus difficile à trouver.

Conclusion

Le XXIe siècle est un siècle plein de nouveautés, de bouleversements, de remise en question. Un siècle complexe que peu comprennent vraiment. Beaucoup de débats, de discussions laissés sans réponse et sans solution réelle. Un siècle pouvant parfois apporter la peur.

Ainsi, nous pouvons rester sur le banc de touche, nous nous laissons porter et nous subissons les conséquences. Nous pensons avoir la connaissance, mais nous ne cherchons pas les vraies réponses.

Ce livre n’offre pas toutes les réponses aux problèmes de ce siècle, mais nous amène à comprendre l’importance de nous ouvrir au monde. Dans ce siècle, où l’information est à portée de main, nous devons avoir cette capacité d’analyser et de penser par nous-même. Ne restons pas enfermé dans notre grotte, avec une pensée qui n’évolue pas. 

Préparons l’avenir pour nos enfants. “Car si le futur de l’humanité se décide sans nous, nos enfants n’échapperont pas à ses conséquences.”

Respond to post

You must be logged in to post a comment